HUFFINGTON POST

Budget 2013: l'opposition dénonce le système de subvention pour la main d'oeuvre (VIDÉO)

03/21/2013 06:05 pm ET | Updated May 21, 2013

OTTAWA - La nouvelle formule d'Ottawa pour la formation de la main d'oeuvre est «un système de commandite conservateur», qui risque de mettre le feu aux poudres avec Québec, ont notamment déploré les partis d'opposition en réaction au budget fédéral 2013 déposé jeudi.

Pour le chef du Nouveau Parti démocratique (NPD) Thomas Mulcair, 2013 est marqué par un budget d'«austérité», alors que pour Bob Rae, le chef libéral par intérim, il en est un de «propagande».

Selon l'opposition, une étincelle dangereuse du dernier budget est la proposition du gouvernement Harper de changer toute la donne au sujet de la formation des travailleurs.

Jusqu'à maintenant, Ottawa versait 500 millions $ aux provinces qui se chargeaient de la formation — outre les 2 milliards versé pour la formation dans le cadre de l'assurance-emploi. Maintenant, l'argent transmis aux gouvernements provinciaux demeure, mais viendra avec des conditions. Avec le programme rebaptisé «subvention canadienne pour l'emploi», le fédéral versera un maximum de 5000 $ par travailleur, uniquement à condition que le provincial et l'employeur participent dans la même mesure.

Tous les partis d'opposition ont dénoncé cette ingérence du fédéral dans un champ de compétence provincial. Sans compter qu'ils calculent que le changement aura pour conséquence d'accroître le fardeau financier des provinces.

«Ils ont concédé ce travail-là aux provinces, avec les sommes (nécessaires) au cours des dernières années, et là ils veulent le reprendre pour pouvoir coller la feuille d'érable sur le chèque», a lancé, mordant, Thomas Mulcair.

«C'est un système de commandite conservateur qui vise tout simplement à s'approprier un mérite qu'ils n'ont pas», a-t-il même ajouté.

Le fédéral veut régler son problème de déficit sans se préoccuper de ce qu'il envoie dans la cour des provinces, juge pour sa part le chef libéral par intérim Bob Rae. C'est encore le problème des autres, résume-t-il.

Le chef bloquiste Daniel Paillé dénonce par ailleurs le fardeau bureaucratique qui sera ajouté par le nouveau système de «subvention pour l'emploi» aux petites et moyennes entreprises (PME), nombreuses au Québec, qui n'auront peut-être pas les employés pour remplir la paperasse requise et profiter des subventions.

Le Bloc prévoit d'ailleurs que deux changements du budget vont vraisemblablement être la cause de deux batailles avec Québec: l'ingérence d'Ottawa dans la formation de la main d'oeuvre et l'élimination du crédit d'impôt pour les fonds de travailleurs, dont le Fonds de solidarité FTQ et Fondaction CSN.

Cette abolition est l'«un des éléments les plus décevants du budget», affirme le chef bloquiste, considérant le rôle que jouaient ces crédits pour la création d'emplois et l'investissement au Québec.

Du côté des investissements fédéraux dans les infrastructures, le chef néo-démocrate souligne que même si Ottawa annonce 47 milliards $ en nouvel argent, la réalité est moindre parce que l'argent investi est étalé sur 10 ans, sans indexation pour tenir compte de l'inflation.

Le budget offre moins qu'il en a l'air au premier coup d'oeil, avertit M. Rae.

«La machine de propagande va faire du temps supplémentaire parce qu'ils ont réemballé et mis ensemble de vieux programmes en leur donnant de nouveaux noms», a ironisé le chef libéral par intérim.

Il ne croit pas que les conservateurs vont atteindre leur objectif de budget équilibré en 2015.

«Quand je pense à leurs cibles, je ne voudrais pas mettre une pomme sur ma tête», s'est-il moqué.

Le NPD avait pour sa part fait valoir sa position lundi: pour lui, le retour à l'équilibre budgétaire peut attendre. Il serait plus important pour les néo-démocrates d'investir pour stimuler la croissance économique que d'atteindre un équilibre des livres fédéraux à une date arbitraire, choisie uniquement en vue du prochain scrutin.

Budget fédéral 2013
Les faits saillants du budget 2012
Les réactions Twitter au dépôt du budget fédéral
Suggest a correction