Huffpost France
THE BLOG

Featuring fresh takes and real-time analysis from HuffPost's signature lineup of contributors

Charlie Dupont Headshot

L'humble fierté d'être belge... en France

Posted: Updated:
FIERTE_BELGE
shutterstock

Que ce soit très clair : le premier français qui me donnera encore du "j'adore les Belges", avec un petit air supérieur et amusé, je lui fais découvrir la tour Eiffel par la Fistinière !
Aimer les Belges est aussi absurde que de ne pas aimer les Belges...ou les Arabes ou les Français.
Il y a, je le crains, dans mon peuple, la même proportion d'imbéciles que partout ailleurs.
Ce n'est pas parce que la connerie fait plus de bruit à Paris qu'elle est moins vivace à Bruxelles !
Je me réjouis d'être un "acteur belge" : de nos jours ça sonne comme un titre de noblesse sur les plateaux du cinéma hexagonal.

Gloire à nos aïeux symboliques, messieurs Magritte, Brel, Poelvoorde, Arno, aux frères Dardenne, à Jaco Van Dormael, qui avec mystère, impertinence, douceur et palmes d'or nous ont ouvert la voie d'une reconnaissance francophone.
Ce qui me tourmente, et m'enorgueillit à la fois c'est le côté "hype" que le Français semble attribuer au belge depuis quelque temps.
Vu de l'intérieur de moi même, je n'ai pas l'impression que notre culture ait fait un visible bon en avant dans les dix dernières années qui justifie un changement de traitement.

Nous sommes toujours paradoxalement constitués d'humilité névrotique et d'une salvatrice grande gueule.
Aux confluents européens de l'anglo-saxon et du latin, nous sommes éponges depuis toujours. Le melting pot est notre religion, le patchwork notre peinture... comme le monde entier... mais en plus petit.

Nous avons développé l'habitude d'oser crier fort nos pensées les plus absurdes, puisqu'il est rare que quelqu'un nous écoute.

Bien sûr il y a Verlaine, Rimbaud, Hugo, qui avant la "hype", s'installaient déjà chez nous jadis. Quand la France flamboyante produisait encore de véritables aventuriers et des poètes amateurs de duels fratricides au pistolet.

Mais que nous vaut donc le moderne retour en grâce de notre amer du nord ?
Pourquoi ces légions d'honneurs médiatiques à tout qui prend le thalys ?
Le grand frère français redécouvre son cadet, attendri de l'avoir délaissé. Il le retrouve intacte dans la cave où il l'avait jeté avec les blagues de Coluche.
Soudain, le belge a cessé d'être blonde.

2013-12-17-photo_ValeryLippens.JPG

© Valery Lippens

Bien sûr, il y a dans cette "belgophilie française", une pléiade de vrais afficionados, qui connaissent le pays pour autre chose que sa fiscalité et venaient déjà s'enivrer chez nous avant la tendance. Simplement parce que le cœur est leur véhicule.
Derrière quelques Bashung et une où deux Emmanuelle Béart, qui ont débroussaillés la route, il y a une belle génération de Thalyssien qui ont trouvé dans la beauté (cryptée) de Bruxelles une thalassothérapie au parisianisme.
Ceux là sont généralement mes amis puisqu'à vrai dire, je m'occupe de l'ambassade.
Il y a là le drôlissime François-Xavier Demaison dont l'intelligence n'a d'égale que l'humanité.
Et puis le scintillant Nicolas Bedos qui venait déjà rendre visite à Brel dans le ventre de son père. Son cœur de viking habite ici, son âme de pourfendeur de la connerie sent la crevette grise. Il est, sur le territoire français, l'incarnation de cette grande gueule (de bois) libre. Avec cette force supplémentaire qui lui vaut d'être entendu, et parfois compris, de la France entière.
Dois-je vous parler aussi du respect et de l'hygiène qui caractérise mon rapport à Arthur Jugnot qui, à l'heure qu'il est, doit programmer des spectacles flamands dans son théâtre tant il habite notre pays.

Non ! Belle France ! Derrière l'élite de ce peloton, tu ne nous as pas donné que de l'exil fiscal, tu t'es ouverte à nous comme une putain magnifique.
Tu as tendu une main à ton jeune frère dont "le ciel si bas qu'il fait l'humilité" ne te fait soudain plus l'effet d'un brouillard.

Je te souhaite la bienvenue. Nous avons un roi et s'il vous sied, nous le partagerons. Rattachons la France à la Belgique (c'est une idée de Bedos) !

Mais trêve de mondanité, je voudrais enfin développer mon propos.
Nous avons toujours en Belgique déployé un humour étrange et parfois drôle, mâtiné d'Angleterre de froideur teutone et de pitrerie Française.
Nous sommes essentiellement doués pour se foutre de notre propre gueule.
Nos acteurs disparaissent avec joies sous les visages grotesques ou laids de leurs personnages avant de penser à leur "image".
Nous semblons, je le vois dans tes yeux, naviguer dans une forme d'inconscience maîtrisée.
Nous sommes simultanément punk à chien et glamour Harcourt.
Et je me demande si ce n'est pas ça qui te chatouille mon Français ?
Cette auto-plaisanterie presque enfantine fait chaud à ton cœur incertain.
L'armure de France se fendille, ses valeurs vacillent, elle doute d'elle même en ses jours de droite gauche et de gauche maladroite.
Alors resurgissent les fratries avouables avec le cousin belge qui lui, depuis longtemps, assume ses faiblesses tant il semble n'avoir qu'elles comme force.
Tu sens le plaisir qu'il y a à avouer ses failles et ça te rapproche de nous.

2013-12-17-Charlie_Dupont_01.Lamboray.jpg

© Rudy Lamboray

Je t'aime frère de France, mon pays est le tien, capitale d'un monde absurde où toutes les frontières sont tombées depuis longtemps.

Imagine all the people...