Featuring fresh takes and real-time analysis from HuffPost's signature lineup of contributors
Dionysios Dervis-Bournias

GET UPDATES FROM Dionysios Dervis-Bournias
 

Lionnel Luca, Βάβριος et moi

Posted: 08/18/2012 12:00 am

Contrairement à Lionnel Luca, Babrios (Βαβρίας ou Βάβριος) a sacrément besoin de présentations.

Mais comment faire et que dire ?
Romain ?
Grec ?
Romain hellénisé dont le nom fut Valerius ?
Exceptée une version en vers de mythes d'Ésope qu'il a composé en grec et la date bien ronde de 200 après. J.-C. (période Hellénistique) autour de laquelle on s'arrange à le situer, on ne connaît pas grand chose de lui. Et entre nous, moi le premier, on s'en fiche.

Les générations à venir n'auront surement pas le même problème avec Lionnel Luca dont l'œuvre est déjà gravée sur internet. Au pire, il sera un jour Has been. Destin enviable si on le compare à Babrios qui semble bien plus à un Has never been.

Un des premiers adhérents du RPF, le mouvement lancé par Charles Pasqua et Philippe de Villiers, Lionnel Luca est élu député UMP en 2002 dans la sixième circonscription des Alpes-Maritimes, département qui à l'évidence l'adore : il est réélu une nouvelle fois en 2007, au premier tour, avec 63,94 % des voix. Et en 2012, encore dès le 1er tour avec 51,4 % des voix.

Le secret de cet immense succès dans la région ? C'est le mystère des personnages charismatiques. Evidemment quelques solides positions bien argumentées en faveur de la peine de mort "La seule façon d'empêcher la récidive des crimes sexuels est la peine de mort []" (1997) et pour l'abrogation de l'article sur l'enseignement de l'esclavage (Mai 2006) accompagnées des formules d'un style bien personnel contre "le langage d'émasculés de ceux qui veulent se faire bien voir" (2010) doivent être pour quelque chose.

Cette verve bien personnelle est reconnue par tout medium de bonne foi. Le Huff qui ne déroge pas à cette règle nous apprend dans son édition du 14/8 que "Habitué aux petites phrases assassines (sic) Lionnel Luca rétorque à une question sur l'immigration : 'Parlons-en dans vingt ans quand vous serez voilée!'" Le billet a reçu plus de 260 commentaires.

Babrios lui, il rame pour avoir une petite poignée de commentateurs. Et pourtant Lionnel Luca pourrait bien nous surprendre avec une bonne trouvaille linguistique sur sa fable de la chatte et la souris. Une belle chatte (c'est Babrios qui parle) amoureuse d'un beau jeune homme supplie les Dieux de la métamorphoser en jeune femme. Son vœu est exaucé, la voici en demoiselle d'une grâce et beauté insurmontables. Les noces se célèbrent dans le bonheur et l'exaltation. Et arrive la nuit des noces. Les jeunes mariés se dirigent vers le lit nuptial. Et voilà qu'une souris, une petite, minuscule, insignifiante souris apparaît dans la chambre pour détruire, démanteler, renverser tout ce bonheur : la jeune mariée redevient un chat violent.

Dans Manhattan, Woody Allen rétorque à un intello newyorkais qui propose l'ironie comme arme contre le fascisme qu'un bon coup de batte de base-ball est bien plus efficace. No comment. Mais une question : qu'elle est cette souris qui me fait perdre la protection d'une ironie civilisée pour reprendre mon état naturel de chat sauvage à la lecture première de telles imbéciles obscénités ?

C'est Jean-Luc Melenchon.

Dont les sorties répétées contre Le petit journal de Canal+ les journalistes duquel il n'hésite pas à traiter de fachos, ne trouvent pas dans la presse, de la part des intellectuels de gauche dont je fais partie, la même indignation, la même raillerie, la même nausée que les sorties de cette même basse inspiration beauf des Luca ou Morano.

Toi de gauche ? J'entends Melenchon décréter suite à cette irrévérencieuse remarque...
Et moi de répondre tel un nouveau Flaubert :
Lionnel Luca, c'est moi.

 
FOLLOW FRANCE