Huffpost Canada Quebec qc
The Blog

Featuring fresh takes and real-time analysis from HuffPost's signature lineup of contributors

Pascal Henrard Headshot

Denver: Ce N'est Pas Un Tueur Qui A Tué

Posted: Updated:

12 morts. 59 blessés. C'est le dernier bilan de la plus récente tuerie en Amérique. À Toronto, trois fusillades ont fait un peu plus tôt cet été plusieurs morts et blessés. À chaque fois, ce sont DES ARMES À FEU qui ont semé la tristesse et l'horreur.

En effet, ce n'est pas un malade mental qui a massacré hier à Denver 12 innocents qui voulaient aller au cinéma. Ce n'est pas un tueur fou qui a fauché 12 vies. Ce n'est ni un criminel, ni un monstre, ni un mâle en mal de visibilité, ni un tueur en série, ni un meurtrier vicieux, ni un pervers sanguinaire qui a fait couler le sang et créé l'horreur.

C'est un fusil.

Pourtant, il y en a encore qui diront que les armes à feu ne sont pas dangereuses, que ce sont ceux qui les manipulent qui tuent. Ce sont ces mêmes personnes qui applaudissent la mise à mort du registre des armes à feu par Stephen Harper et ses bourreaux de travail.

Je ferai remarquer à ces gens qu'un homme, aussi fou soit-il, armé d'un canif, d'un couteau de cuisine, d'une hache, d'un marteau, d'une roche, bref de n'importe quel objet contondant, sera toujours moins dangereux qu'un homme armé d'un fusil.

Que le chasseur de gazelles, le braconnier du dimanche ou le donneur de leçons qui sommeille en vous se calme le bonnet de poil et fasse preuve d'un minimum de bon sens. Ce sont bel et bien les armes modernes qui permettent à n'importe quel être désœuvré de liquider une salle de classe ou une foule d'une rafale de mitraillette.

Il est beau le progrès qui permet de supprimer la vie en poussant sur une gâchette!

On pourra supputer longuement sur l'état de la société, évaluer le manque de repères de la jeunesse, accuser Internet, écouter les experts coutumiers des médias décortiquer la vie de celui dont nous ne dirons pas le nom, ça lui ferait trop plaisir, la seule vraie solution courageuse serait l'interdiction des armes.

Je ne dis pas le « contrôle ». Je dis « l'interdiction ». Pure et simple. Pas de fusil, pas de massacre. Pas de pistolet, pas de tuerie. Pas d'explosif, pas d'attentat suicide. Pas de bombe atomique, pas de ville rasée. « Hé ho », criez-vous déjà, en interpellant l'utopiste naïf que je suis. « Ça va coûter combien? Et le fiasco du registre fédéral des armes à feu? Et les gangs de rue? Il faut bien se défendre. Pis moi, je sais la contrôler ma belle carabine dans ma cabane au fond des bois. Pis ma libââââârté, mes droits ? Pis blablabla. »

Si le débile de Denver n'avait pas trouvé facilement des armes à se mettre sous la main, au pire, il aurait égorgé un camarade avec un canif, éborgné un voisin avec un tire-bouchon, cassé les couilles d'un prof avec un bâton de hockey, déchiré sa chemise, piqué une crise de nerfs. Mais jamais il n'aurait liquidé 12 personnes en une soirée. C'est quand même pas compliqué à comprendre, non ?

Et si tous les géniaux inventeurs qui améliorent sans cesse le rendement meurtrier des armes mettaient leurs neurones au travail afin d'éradiquer le cancer, de trouver un carburant véritablement renouvelable et vert ou de trouver un système économique un peu moins stupide que celui dans lequel nous pataugeons, il me semble que le monde s'en porterait mieux.

Et ne me traitez pas de naïf, sinon je décroche mon AK47 et vous aurez affaire à moi!

Batman movie shooting
of
Share
Tweet
Share this
close
Current Slide


Tuerie au Colorado
of
Share
Tweet
Share this
close
Current Slide